Le Guide de la formation présentielle, par l’EAP
Chapitre 5

Les 4 P de l'animation de formation

Eléments clés de la posture d’animateur-facilitateur

Un adulte n’apprend que s’il en a envie.

Les conditions d’apprentissage des adultes, CEDIP, fiche EL43, p 4.

Principes de base

Le formateur est là pour donner un cadre au processus d’apprentissage. Il guide la réflexion, facilite les échanges et aide à identifier les actions et comportements clés issus de la réflexion. Il met l’intelligence collective en mouvement grâce à ses qualités d’écoute, de bienveillance et d’humilité.

En tant qu’animateur, il dynamise le processus d’apprentissage, « booste » les échanges entre les apprenants et fournit les moyens pédagogiques nécessaires. Il facilite le lien entre l’apprenant et les contenus (des savoirs, des savoir-faire, des savoir-être). Il est aussi celui qui facilite les relations dans le groupe.

Le formateur crée un climat de collaboration, de respect et d’ouverture à travers une posture qui s’articule autour de compétences résumées en « 4 P ».

1. Protection et sécurité

Le formateur développe une relation de proximité et de confiance avec les apprenants.

Il s’agit de la condition sine qua non pour favoriser la prise de risque liée à toute forme d’apprentissage et d’exploration de territoires inconnus.

Pour ce faire, le formateur :

  • Ecoute et reformule en veillant à l’inclusion de chacun sans porter de jugement ;
  • Veille à répartir la parole de façon équitable (ou aléatoire) ;
  • Pose le cadre et régule les échanges en veillant à inclure tous les points de vue.
  • Par exemple en posant la règle « CQFD » utilisée en brainstorming afin d’assurer le non jugement et la place à la singularité de chacun.
  • Rassure les participants lorsqu’ils sont dans une zone d’« inconfort » sans pour autant chercher à éviter celle-ci (cf. zone proximale de développement infra).

2. Permission

Il encourage la prise d’initiative et réaffirme le droit à l’erreur.

Il s’agit notamment :

  • d’encourager la prise de risque de l’inconfort et en particulier d’insister l’absence d’objectif de résultat ;
  • d’inverser le rapport à l’erreur : celle-ci n’est pas l’échec de l’apprentissage mais une étape de celui-ci.
  • d’encourager la possibilité de création ou de divergence des participants.

Face à un public d’adultes, le formateur veillera en particulier à éviter tous les codes pouvant rappeler ceux de l’école (et en particulier les « interdictions ») afin d’éviter aux apprenants de faire une expérience d’infantilisation.

3. Puissance

La puissance du formateur est sa capacité à être reconnu comme légitime, compétent et digne de confiance par les apprenants. En l’absence de ces conditions, les apprenants ne pourront pas s’ouvrir à la nouveauté.

Cette puissance s’exerce en particulier à travers :

  • L’expertise du formateur dont la maîtrise de la matière et des outils reste au centre de sa légitimité. Afin d’éviter le piège de la toute-puissance du « sachant », le formateur est invité à :
    • se mettre à la portée des apprenants sans pour autant renoncer à son ambition pédagogique (une façon de faire est de diviser les objectifs en sous-objectifs) : « Ni forcer, ni renoncer »
    • inclure les savoirs/expérience détenus par les apprenants ;
    • contextualiser ses compétences dans une perspective d’évolution permanente et donc, non figée
    • actualiser régulièrement ses connaissances ;
    • renoncer si les apprenants sont trop hermétiques à une séquence.
  • La cohérence entre ses pensées, ses paroles et ses comportements (congruence) ;
  • La gestion du groupe (et notamment de sa dynamique à travers l’organisation des échanges) et du cadre.

4. Positif

Le formateur « bienveillant » soutient les progrès effectués et donne du feed-back constructif aux apprenants.

  • Croyez en vos apprenants et faites-leur confiance même si ce positif n’a rien de magique et n’a pas d’effet automatique ;
  • Mettez les apprenants en situation de réussite sans pour autant que ce ne soit trop facile et inversement « challengez-les » sans que ce ne soit trop compliqué (cf. infra « Zone proximale de développement ») ;
  • Rappelez-leur que les compétences ne sont jamais figées dans le temps et que l’on peut tjs évoluer
  • Incitez les apprenants à repérer leurs compétences (souvent sous-évaluées) et à ne pas se comparer aux autres (ni à eux-mêmes dans le temps) ;
  • Encouragez et mobilisez les ressources des participants (la plupart du temps, ils en ont plus qu’ils ne croient).

Conseils

Chaque formateur a son propre « style » et il importe que vous vous sentiez à l’aise dans l’animation de votre formation : ne vous forcez pas !

Allez-y à petites doses pour acquérir de la confiance.

Mélangez les styles.

Certains apprenants préfèrent rester passifs et noter : accompagnez-les avec bienveillance sans forcer.

Répondre aux besoins et attentes de l’adulte en formation

Nous détaillons dans ce chapitre quelques principes qui permettront au formateur de rencontrer les besoins et attentes décrits plus haut.

  • Partez des centres d’intérêt de l’apprenant pour déclencher la motivation interne :

    • Explorez les attentes et motivations de chaque groupe ;
    • Mettez les apprentissages dans une perspective de SENS qui a présidé à la construction des compétences enseignées et qui qui relie la formations aux apprenants.
  • Utilisez les savoirs et expériences des apprenants et favorisez l’affirmation de soi (singularités) :

    • valorisez l’ensemble des savoirs détenus dans le groupe notamment en proposant des partages d’expériences et de pratique concrète ;
    • incitez à la divergence.
  • Favorisez l’engagement (seul ou en groupe) et les différents styles d’apprentissage.

  • Donnez du sens aux apprentissages notamment en montrant leur utilité et impact immédiat (VA) dans la vie de l’apprenant

    • Faites émerger le sens à partir de ce qui était implicite (exemple : « pourquoi la règle du farfelu » ?)
    • Elaborez avec le groupe le rapport entre la théorie et la pratique ;
    • Utilisez la théorie comme éclairage de la pratique.
  • Favorisez les interactions et la différenciation :

    • Donnez à chacun l’occasion de s’exprimer en grand groupe ou en sous-groupe.
  • Donnez du feed-back constructif et montrer de l’empathie :

    • Soutenez la motivation ;
    • Montrez que l’erreur ouvre à des découvertes (pas toutes les erreurs mais ce serait dommage de se priver de ce potentiel)
    • Indiquez d’autres voies possibles.

Conseils

Signifiez aux apprenants votre désir de transmettre : manifestez la joie à enseigner !

Faites des apports théoriques utiles, utilisables et utilisés :

  • Focalisez-vous sur l’indispensable et le bénéfice pour les apprenants.
  • Fournissez des exemples et illustrations

Relativisez le statut de ce que vous enseignez pour maintenir une distance critique :

  • Contextualisez ;
  • Invitez à consulter d’autres sources.

Créez l’énigme, n’en dites pas trop !

Mettez-vous régulièrement à jour.

Utilisez toutes les modalités qui vous permettront d’engager vos audiences : soyez captivé pour être captivant, utilisez les ressorts du jeu.

Contactez l’EAP pour vous accompagner dans votre trajet de formation d’animateur-facilitateur.

Sources

Now.be – formation aux activités Ludo-Pédagogiques (ALP)

Version imprimable