Le Guide de la formation présentielle, par l’EAP
Chapitre 10

Les 12 lois du cerveau (1/3)

Apprendre, c’est établir de nouvelles connexions entre les neurones du cerveau. Une fois créées, ces connexions peuvent se renforcer ou s’estomper, voire même disparaitre.

Nous pouvons comparer ce phénomène à ce qui se produit lorsque l’on marche dans une forêt vierge :

  • Face à une forêt sans chemin (face à une nouvelle tâche impliquant l’activation de nouveaux savoirs), il faut écraser les branches et les feuilles afin de tracer un sentier (il faut créer des connections neuronales), ce qui peut engendrer des difficultés.
  • Lorsque l’on repasse sur ce petit sentier (lorsque l’on réactive les savoirs), il est plus facile d’y circuler (des connexions neuronales existent).
  • Plus on y repasse, plus le sentier s’élargit (plus les connexions neuronales se renforcent) et plus la tâche devient facile.
  • En revanche, si le sentier n’est pas assez pratiqué (si les savoirs ne sont pas mobilisés), celui-ci disparait petit à petit, car la végétation repousse (les connexions neuronales s’affaiblissent), ce qui explique pourquoi il nous arrive d’oublier ce que nous avons déjà appris.

Nous détaillons dans ce chapitre comment tirer au mieux parti de notre cerveau et de son fonctionnement pour favoriser l’apprentissage et la mémorisation. Les 12 lois présentées sont issues des recherches de John Medina, biologiste moléculaire spécialisé dans le développement cérébral.

  • Loi 1 : L’exercice physique développe vos facultés mentales
  • Loi 2 : Pour survivre le cerveau a évolué, lui aussi
  • Loi 3 : Chaque cerveau possède un câblage unique
  • Loi 4 : Nous ne prêtons pas attention à ce qui nous ennuie
  • Loi 5 : Répéter l’information pour vous en souvenir (mémoire à court terme)
  • Loi 6 : Se souvenir de répéter (mémoire à long terme)
  • Loi 7 : Bien dormir pour bien penser
  • Loi 8 : Les cerveaux stressés n’apprennent pas de la même manière
  • Loi 9 : Intégration sensorielle
  • Loi 10 : La vision l’emporte sur les autres sens
  • Loi 11 : Les cerveaux des hommes et des femmes sont différents
  • Loi 12 : Nous sommes des explorateurs nés - la curiosité est le carburant du cerveau.
Les 12 lois du cerveau
Les 12 lois du cerveau

Loi 1 : Loi de l’apprentissage actif - l’exercice physique développer les facultés mentales

Notre cerveau est conçu pour l’action. Les capacités cognitives de l’être humain se sont développées par l’activité physique.

Être actif lors de l’apprentissage rend celui-ci plus effectif que par une écoute passive. Par les activités, les échanges, les créations, les manipulations de textes, images, par la transformation de contenus, par les animations qui sollicitent sans cesse le participant, celui-ci devient acteur et développe donc ses capacités à apprendre.

Nous ne rentrerons pas davantage dans les détails, cette loi ayant été évoquée longuement précédemment.

Loi 2 : Loi de l’évolution - pour survivre le cerveau apprend et évolue

Pour survivre, l’être humain (et donc son cerveau) a dû évoluer :

  • il s’est développé en reproduisant les comportements qui ont procuré du plaisir ;
  • il a appris à identifier les erreurs pour en tirer de nouveaux savoirs sur base desquels il va ensuite se baser pour « improviser » face à de nouvelles situations ;
  • il a aussi appris à développer des stratégies pour défier les dangers auxquels il ne pouvait faire face seul. Pour ce faire, il a développé des relations et a appris la coopération.

Favorisez la coopération

Pour bien apprendre, l’adulte a besoin de sentir qu’il est relié à autrui et qu’il appartient à un groupe.

Nous apprenons mieux en sous-groupe et en collaboration :

  • En début de formation : prévoyez une activité spécifique centrée sur la dynamique de groupe de type icebreaker.
  • En cours de formation : favorisez le travail en sous-groupes après un temps de réflexion individuelle (résolution de problèmes, étude de cas, réflexion, production d’idées) et partagez ensuite en grand groupe

Favorisez l’apprentissage informel

Les interactions sociales jouent donc un rôle important dans l’apprentissage. En effet, l’apprentissage ne se fait pas “que” en formation et intervient souvent là où on ne s’y attendrait pas : entre les sessions, dans notre quotidien, ou nos échanges avec nos pairs.

Si l’apprentissage doit être actif, il doit donc aussi être « informel ».

Le modèle 70/20/10 découpe en trois domaines distincts notre façon d’apprendre et de nous former.

Le modèle 70/20/10
Le modèle 70/20/10
Nous apprenons mieux en sous-groupe et en collaboration :

  • En début de formation : prévoyez une activité spécifique centrée sur la dynamique de groupe de type icebreaker.
  • En cours de formation : veillez à ce que les apprenants réfléchissent à la solution d’abord individuellement, puis collectivement et ce, pour considérer les différents points de vues et ainsi encourager l’ouverture face aux nouvelles idées (cf. Un - Deux – Tous).

Osez les émotions

L’expérimentation, le ressenti dominent plus que le souvenir des détails. Les émotions permettent à notre cerveau de coller un « Post-it chimique » sur les informations qu’il nous donne.

Les neurosciences montrent que les émotions peuvent aider à l’ancrage de l’apprentissage lorsque le juste équilibre est trouvé entre niveau de compétence de l’apprenant et niveau de défi.

Les conséquences en sont un traitement de l’information plus vivant, plus concret et surtout plus énergique.

L’état de « Flow » est cet état mental dynamique et temporaire où une personne est tellement absorbée par ce qu’elle fait qu’elle ne ressent plus la fatigue, la faim, la soif… Elle vit pleinement dans l’instant présent sans pensée parasite.

  • Perte de la notion de temps et focus sur l’instant présent
  • Absence de préoccupation de soi et de ses besoins physiques
  • Etat de grâce, sentiment de bien-être, sérénité
  • Sentiment de contrôle et de maîtrise de l’activité, dépassement de soi
  • Implication totale, aucune sensation d’efforts et aucune crainte d’échec
Ces conditions sont idéales pour l’apprentissage : si vous voyez vos apprenants dans le « flow », fichez-leur la paix !

  • Ajustez la durée des séquences suivantes.
  • Veillez toutefois à ce qu’ils ne tombent pas dans la zone d’ennui (préférez frustrer).
Habilités - Exigences
Habilités - Exigences

Il y a 5 conditions majeures d’apparition du flow :

  1. La concentration
  2. La motivation à se mettre à une activité librement choisie
  3. Un but clair
  4. Un défi gérable, (équilibre habileté-exigences)
  5. Un effet de récompense, gratification ou retours immédiats

Un petit mot de neurosciences tout de même. Si la récompense est là, le cerveau va libérer dans le corps de la dopamine, un neurotransmetteur qui active le circuit dit “de la récompense” justement, créant une sensation de plaisir qui va renforcer l’envie de reproduire cette activité bénéfique. Pensez au flow pour donner envie d’apprendre, d’améliorer ses compétences, de renforcer l’estime de soi

Suscitez les émotions

  • Recherchez le plaisir, fuyez le stress : en riant, expérimentant, jouant, des émotions positives sont vécues, ce qui donne ce sentiment d’une journée riche et vibrante.
  • Osez l’inconfort en veillant à ne pas entrer dans la zone de stress… ou d’ennui !

Comment sécuriser ?

  • Séparez exercices à but d’apprentissage et à but d’évaluation évaluation ;
  • Partagez les responsabilités : un temps pour apprendre, un temps pour évaluer ;
  • Donnez du temps (rythmes d’apprentissages différents) ⇒ différenciation pédagogique ;
  • Cultivez les moments de « Flow ».

Osez l’inconfort

Qui n’a jamais entendu cette phrase : « Votre vie commence là où finit vote zone de confort ? »

La zone de confort est un ensemble d’habitudes et de comportements que l’on effectue et qui nous rassurent. Quitter sa zone de confort est nécessaire si l’on souhaite progresser et se développer : c’est bien souvent stimulant et plaisant mais il faut être prudent !

Si vous voyez trop grand pour vos apprenants, ils risquent de tomber dans la zone de panique, celle qui paralyse et où tout apprentissage est impossible (cf. Figure 9 – « Les circuits de renforcement ou la motivation par la récompense biologique »)

Le rôle du formateur consiste donc à aider les apprenants à explorer de nouvelles zones en évitant la zone de panique.

Zone de confort, de déploiement et de panique
Zone de confort, de déploiement et de panique

A court terme, les apprentissages permettent une montée en compétences et donc, une augmentation graduelle de la zone de confort. Tant que ces compétences ne sont pas assimilées sur le long terme, l’apprenant se trouve en position de fragilité.

Ce n’est pas le moment de lui amener de nouvelles difficultés au risque de tomber immédiatement en zone de panique !

Zone d'inconfort et apprentissages à court terme
Zone d'inconfort et apprentissages à court terme

A long terme, lorsque les apprentissages sont assimilés, la zone d’anxiété diminue, ce qui permet à la zone de déploiement d’augmenter pour laisser la place à de nouveaux apprentissages.

Zone d'inconfort et apprentissages à long terme
Zone d'inconfort et apprentissages à long terme

Loi 3 : Loi de l’unicité - chaque cerveau possède un câblage unique

Le cerveau ne se développe pas par un travail organisé « standard » et précis mais plutôt désordonné et spécifique à chacun.

Selon les individus, leurs vécus et leurs environnements, différentes régions du cerveau se développent.

Il a ainsi été démontré que 10 % des élèves du primaire et du secondaire n’ont pas le câblage suffisant pour lire correctement. Les règles de la neurobiologie vont donc à l’encontre de nos systèmes d’apprentissage basés uniquement sur l’âge !

Il n’y a donc pas UNE façon d’apprendre mais autant de façons d’apprendre que d’individus !

Traitez chaque apprenant comme un individu unique !

Loi de la pertinence

  • Associez les apprentissages au vécu des participants.
  • Appuyez-vous sur leur expérience passée et présente, cela renforce la pertinence de l’apprentissage et l’ancrage.

Loi des différences individuelles

  • Offrez différents canaux d’apprentissages.
  • Variez les modes et les styles d’animation afin que chacun y trouve son compte !

Loi du niveau d’expérience

  • Partez du niveau de l’apprenant.
  • En vous connectant à son niveau de connaissance, à sa maîtrise du sujet, il pourra plus facilement envisager le pas suivant.

Sources

  • Medina J. (2014), Les 12 lois du cerveau; Édition : LEDUC.S.
  • EAP – « Formation à la posture d’animateur – facilitateur » – Anne Rysenaer sur base des travaux de Yerkes (1907) sur la zone de confort.
Version imprimable